Profiter de sa jeunesse?

 

Bon dimanche tout le monde,

Cette semaine, je me suis complètement reconnue dans un article écrit en début d’année par Tootwix. Je découvre de plus en plus de blogs depuis que j’ai commencé le mien. Et c’est chouette!

Pourquoi je ne bois pas

J’entend encore la voix de certaines personnes scandalisées me dire « QUOI? Tu bois pas?!!! Mais… enfin en soirée, tu bois quand même, hein? » ou bien se voulant rassurantes « T’inquiète pas, on va te faire boire nous! ». Et je me souviens aussi des longues minutes passées à leur expliquer à me justifier que je n’aime pas ça, tout simplement. Je n’aime pas l’alcool. Et boire des cocktails au double effet kiss-cool de l’ultra sucré où t’as pas l’alcool qui t’arrache le gosier mais avec les effets qui te tournent la tête… Non merci. J’aime savoir ce que je bois/mange. Tout simplement. Au mieux, un bon verre de vin, en accord avec le plat.

Mais à chaque fois, à chaque soirée, à chaque sortie de groupe, il faut que je me justifie. Toujours. Ce n’est pas pour le fait de ne pas vouloir me saouler que je ne bois pas, mais par ce que je n’aime pas ça! Je me souviens de soirée « whisky coca » où j’ai du aller discrètement demander au serveur d’enlever le whisky de mon verre… Bizarrement, eux semblaient beaucoup plus compréhensifs, surtout quand ils constatent en fin de soirée qu’au moins une personne est en état de conduire.

« Tu ne sais pas profiter de ta jeunesse »

Pourquoi devrais-je faire les 400 coups maintenant alors que je n’en ai pas envie? Pourquoi devrais-je cumuler les soirées, les rencontres plus ou moins douteuses nombreuses? Pourquoi devrais-je aller m’exploser les tympans déjà fragiles en boîte alors qu’on ne peut pas parler avec les gens pour apprendre à les connaitre?

[Ne me sortez pas d’excuse: en boîte on y va pour danser, boire et/ou pour draguer, pas pour parler actualité, philo ou politique]

« Tu es beaucoup trop sérieuse! Tu auras des regrets plus tard »

Outre le fait que ceux qui me disent ça ont souvent des vies qui ne me font absolument pas rêver, si profiter de sa jeunesse c’est ça: non je n’en profite pas. Mais est-ce vraiment important? Qu’est ce qui dérange les autres au fait que je ne veuille pas mener ce genre de vie? Pourquoi devrais-je avoir des regrets si c’est mon choix?

Être complètement arraché le lendemain, ne pas savoir ce qu’on a fait la veille et découvrir tout ça sur les réseaux sociaux au réveil difficile et tardif… et ne pas assumer sa journée le lendemain au boulot, très peu pour moi. Voir même, se réveiller on ne sait où avec on ne sait qui… Aïe. J’aimais être tranquille le vendredi matin, fraîche et dispo en cours, ou au travail, regarder les autres et me dire que j’avais de la chance d’avoir les idées claires dans ma tête tandis que les autres les avaient nauséeuses au fin fond de leur estomac endolori.

J’aime profiter d’autres choses.

Profiter, c’est simplement être heureux

Profiter: Tirer un profit de quelque chose, un avantage financier ou autre. Jouir des avantages de quelque chose.

J’ai pourtant profité de beaucoup de choses quand j’étais « jeune ». De ne rien avoir à faire à la maison. Ne pas avoir de responsabilité autre que d’avoir des bonnes notes et de bien m’entendre avec mon entourage. J’ai profité du soleil, de la campagne, de la mer. J’ai profité d’une certaine façon, à mon rythme, peut être plus en solitaire, construisant mon mode en pensée en observant le monde, en apprenant des choses que beaucoup de gens n’apprendront jamais. Chacun ses expériences après tout. Sauf que je n’ai jamais critiqué quelqu’un pour ses goûts, ses envies, ses choix (à la condition que ce soit justifiable à tout moment).

J’aime la vie que je vie. J’aime me concentrer sur ce qui m’importe, ce qui me rend heureuse, ce qui me fait du bien. Je construis mes souvenir autour de détails, de petites choses qui font notre quotidien et que trop peu de gens reconnaissent comme faisant partie de notre bonheur. Oui, on peut me donner le sourire, me rendre heureuse, avec des petits rien. Et ces moments créent des souvenirs, des moments magiques pour moi. D’ailleurs souvent lorsque des moments comme ça se produisent, ils ne comprennent pas pourquoi je suis « aussi heureuse ». Mais avons-nous besoin d’avoir des raisons « valables »?

Et après, est-ce trop tard?

Autre détail de ce genre de réflexion: le rapport à l’âge. Le fait de « devoir » finalement profiter de notre jeunesse (admettons jusqu’à 25 ans) pour vivre des expériences, cela sous-entendrait qu’ensuite il serait trop tard pour pouvoir en profiter. Quelle tristesse! Sachant qu’en moyenne on peut aujourd’hui compter sur le fait de pouvoir vivre encore 60 printemps de plus, on en passerait du temps à s’ennuyer.

Non! Je ne suis pas d’accord. Rien n’empêche à 30, 40, 50 ans… et après encore de vivre des expériences, de profiter de la vie. Ceux qui pensent ça n’ont pas compris que rien n’est impossible à l’Humain s’il le désire. Aller en boite, je pourrais le faire même à 40ans, boire de l’alcool aussi, ne pas rentrer chez moi la nuit également. Qui sera là pour m’en empêcher?

Ou alors, cela signifie que ces comportements un peu « limites » dirons-nous, ne sont plus acceptables à partir d’un certain âge… Et là encore j’ai du mal à comprendre le fonctionnement de la société. Accepter quelque chose à un certains stade de la vie, et plus ensuite (ou inversement) n’a pas de sens. A partir du moment où la personne décide de ce qu’elle fait ou non, elle en a bien le droit quelque soit son âge. Le principal étant toujours de vouloir faire ce que l’on fait, de l’assumer entièrement et d’y prendre du plaisir.

Alors si mon plaisir, aujourd’hui, c’est de rester enfermée chez moi à lire, boire du thé chaud et d’écrire un article en écoutant de nouvelles musiques… laissez-moi tranquille. Je sais que je ne passerais pas ma vie à faire ça, que c’est une envie que j’ai là maintenant et par ce qu’il fait super moche dehors aussi.

Publicités

2 réflexions sur “Profiter de sa jeunesse?

  1. Je me reconnais totalement dans cet article au détail près que je bois ( Et pas toujours très raisonnablement ! ). Mais sortir en boite tous les week-end, rencontrer des mecs douteux et coucher à tout va comme certaines de mes copines je ne vois pas en quoi c’est profiter de sa jeunesse ! Pour moi c’est autre chose mais la liste est bien trop longue …

    Aimé par 1 personne

    • Bonsoir Charlène,
      Tu peux essayer tout de même de faire une liste. Le bonheur n’a pas de prix, mais il faut souvent investir beaucoup de confiance en soi, en ses projets et de volonté aussi.
      Merci pour ton message.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s