Coeurs brisés

 

Certains coeurs sont fragiles… Le mien, oui, [pas médicalement parlant ne t’inquiètes pas mon p’tit] peut être aussi le tien, mais aussi celui de la personne à qui j’ai du dire non il y a quelques jours.

Source

C’était un peu naze, par ce que c’était attendu d’une certaine façon. Le gars en question, je le connaissais du boulot, nous avions été collègue il y a un an, mais on n’avait jamais sympathisé plus que ça. Il m’avait envoyé un SMS pour prendre de mes nouvelles juste quand je suis devenue « célibataire ». Bizarre non? Tous ses compliments… ces petits messages le soir quand il devait s’ennuyer tout seul… Et moi, sachant que je ne voulais rien, j’ai quand même répondu. Et quand la question du « tu es avec quelqu’un en ce moment? » est apparue sur mon écran de smartphone pas tout à fait dernier cris environ un mois après le premier message, je me suis sentie triste [oui bon fière de me sentir draguée, un peu, mais surtout triste]. Triste de savoir qu’il est triste. Triste qu’il se soit attaché à moi sans le savoir au début. Triste d’avoir profité de son intérêt pour moi afin de raviver un peu mon égo. J’ai culpabilisé. Pas longtemps, par ce que c’est la vie, par ce qu’on n’était pas non plus proches, aussi par ce que même si je cherchais un Jules ça n’aurait pas été lui. Mais quand même… Ca reste un acte délicat que de dire « non » à quelqu’un, surtout quand on ne communique que par SMS à raison d’environ 400km de distance.

Ces SMS, ils gâchent tout du dialogue je trouve. C’est comme les mails, Facebook… [et pourtant je suis toujours sur Facebook] Autant les lettres manuscrites sont romantiques, les textes virtuels n’ont à mon sens aucun sex-appeal. Mais malgré tout j’ai, comme on dirait, mis un râteau par SMS. C’est moche,. C’est vrai. Il n’empêche que ça m’a beaucoup gêné de ne pas avoir cet homme en face de moi, ne serait-ce que pour lui expliquer, pour être là. C’est la moindre des choses. Alors j’ai essayé de le rassurer, de lui dire que « c’est pas toi, c’est moi », sans utiliser cette phrase clichée bien entendue (faut pas déconner!). Mais j’ai senti le malaise, le fait que quelque chose c’était brisé de l’autre côté du téléphone qui recevait mon message. Ce n’était peut être qu’une tentative de drague insouciante, juste par ce que je faisais partie de ses contacts pro et qu’il était seul, ou peut être qu’il a osé témoigner ses sentiments après un an de silence, peut être… Je ne veux pas savoir. C’est juste triste. Triste de se dire qu’on peut être à la fois du côté des personnes à qui on a fait du mal affectivement et qui joue les bourreaux des coeurs. Ce n’est pas forcément une situation évidente, d’être en manque d’amour, de reconnaissance et de refuser en même temps l’attention qu’on nous sert sur un plateau. Mais non, non, et triple non. Je ne suis pas de ses filles qui tombent dans les bras du premier venu juste par ce que je suis « en manque ». Ni même du deuxième venu, ou du troisième sous prétexte que jamais deux sans trois et que toi aussi t’aurais craqué au bout d’un :

« Ce n’est pas les autres que je veux, c’est toi »

Aïe!

Publicités

4 réflexions sur “Coeurs brisés

  1. Oh oui c’est triste moi aussi je trouve que les textos cassent beaucoup de choses ! on ne sait pas comment les gens réagissent de l’autre coté ou bien on ne sait pas comment prendre le sms qui nous arrivent ! j’ai vu ça avec mon ex cette intonation dans les textos que je recevais où je sentais toute la faute rejetée sur moi :/
    Bise et courage

    Aimé par 1 personne

    • Merci Jess. Ce n’est pas « ma faute », je le sais. J’ai juste été triste pour lui. Et que je me suis mise à sa place. Si j’avais reçu un message me disant que « non » qu’aurais-je fait? Pleuré? Me gaver de nutella? Téléphoné à un copine? Regardé un film pas prise de tête? Je ne sais pas.
      Bonne journée à toi en tout cas. Un jour l’amour viendra.

      J'aime

  2. Tu sais Grenade, plus jeune j’étais trop timide pour oser aller vers les garçons qui m’intéressaient. Et j’étais en retard sur grand nombre de mes copines. Un jour où j’étais vraiment déprimée, l’une d’elle m’a dit « Ne t’en fais pas, tu verras : ça viendra au moment où tu t’y attendras le moins, et tu seras heureuse. » Ces jolis mots, cette jolie amitié, ce joli réconfort m’ont pour une fois rassurée et j’ai arrêté de penser aux garçons pour me concentrer sur mes études. Quelques semaines plus tard, j’ai rencontré mon chéri et une chose est sûr : je ne l’ai pas vu venir.
    Bises,
    VV

    Aimé par 1 personne

    • VV tu es adorable. Je sais que je ne dois pas y penser. C’est juste qu’ils sont là à graviter et que là il y en a un qui s’est fait catapulter, en gros. Une chose est sûre c’est que ce n’est pas moi qui cherche. Je préfère me concentrer sur ma vie et sur mon travail.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s