Mes thés, des boites et sachets à souvenirs

 

Certaines personnes écrivent dans un journal, d’autres se rappellent de moment importants de leur vie avec des albums photos, ou des albums de musiques…

Pour ma part, c’est grâce aux thés.

Je ne saurais dire pourquoi les thés, je pense qu’on ne choisi pas vraiment ce qui nous rend nostalgique. J’ai commencé à boire du thé il y a environ 10 ans. Tout à commencé un jour où mon père m’a emmené dans un salon de thé nouvellement ouvert, tenu par un ami à lui et sa femme algérienne. Ils m’ont fait découvrir le thé à la menthe, très sucré, très parfumé. Puis j’ai travaillé un été chez eux. Et par curiosité, j’ai testé quasi tous les thés qu’ils vendaient. C’est-à-dire 28. Je m’en rappelle. Il y en avait des verts, des noirs, des fleuris, des fruités, des sucrés, des amers, des fumés, des doux, des corsés…

Et depuis, j’ai testé, j’ai goû-thé, j’ai sélectionné, j’ai aimé, des-aimé, j’ai vécu et noué des souvenirs avec certains d’entres eux et forgé mon goût pour des thés de « qualité ». Voici pour toi, lecteur, lectrice, la liste de ceux qui retracent une partie de mon histoire.

thé-dammann

Source personnelle

PLEINE LUNE

Ce thé là est mon préféré. Je ne conçois pas de « vivre sans lui ». Il m’en faut toujours un sachet dans mon placard à thés [d’ailleurs il va falloir que je fasse attention, le paquet se vide]. Celui-là, c’est le thé doux, amendé, rond, plein de tendresse, que j’ai souvent bu pendant de froides soirées d’hiver, devant des séries en général. C’est le thé qui me fait apprécier le moment présent malgré tout ce qui peut arriver dans la vie. C’est un peu mon sauveur, ce petit là [gros coeur avec les doigts].

GENMAÏCHA

Thé vert au riz soufflé (oui oui), je le trouve parfait pour les petits déjeuners d’été. Il est frais, parfumé d’une odeur de céréales. Son goût se marie à la perfection avec le muesli ou les biscottes au beurre et à la confiture. La confiture… ou plutôt la gelée de coing de ma grand mère, qui me rappelle la gelée d’orange sanguine goûtée en Italie [les souvenirs vagabondent] Je ne connaissais même pas ce thé quand j’étais là-bas, mais par association, il m’évoque ce moment très tôt le matin, où l’on devait, les cheveux encore mouillés et dans une maison on chauffée, prendre un petit déjeuner pour partir en vadrouille jusqu’à tard le soir. Et cette confiture, avec le chocolat chaud maison… c’était si bon!

BLACK ORCHID

Plus qu’un thé découvert lors de navigation hasardeuses sur les sites de vendeurs, c’est un thé noir original, vanillé, aux effluves douces de caramel, sans faire bonbon. Celui-là, je l’ai offert à une connaissance amatrice elle aussi de thé. Elle ne le connaissait pas et l’a adoré. C’est un thé qui me rappelle cette personne, son mari aussi, et nos soirées, dont cette soirée d’anniversaire où j’étais heureuse de me sentir bien, entourée, appréciée.

THÉ DES CHERUBINS

Le thé des chérubins… chocolat, orange sanguine. Je l’avais acheté pour la venue d’un ami, féru de ces agrumes à la couleur sang. Je voulais lui faire découvrir ma passion du thé lors de sa visite. Et ce fut d’ailleurs un très agréable weekend. Je m’en rappelle comme si c’était la semaine dernière. Nous avions ri, partagé nos passions, de bons repas, ri aux éclats devant un film d’animation. Un bon weekend.

Ce thé, c’est également celui de l’année 2014. Ma collègue la plus proche me l’avait offert, me promettant le meilleur thé de Noël du monde. Elle avait raison. Ce thé, je l’ai bu tous les jours pendant des semaines où l’on se gelait les claviers dans le bureau et que nous nous prenions la tête pour trouver LA bonne idée de la semaine. On profitait de nos pauses-thé avec délice. Ce thé, c’est le moment de décompression au boulot. Une vraie petite bulle d’oxygène réconfortante.

FRUITS NOIRS

Il y a certains thés qui se promènent en clan dans mon placard. Ils sont arrivés en même temps, et représentent pour le coup la même période. Seulement chacun possède ses caractéristiques. Celui-ci, dirais-je, est le premier d’un trio « post-trauma ». Un thé noir aux fruits, doux, très légèrement sucré, parfumé. Je l’ai acheté lors d’une journée de solitude et de tristesse. Il faisait beau, il faisait chaud, avec une petite brise tranquille. Tout semblait calme alors que dans ma tête c’était le chaos total [oui, malheureusement ça arrive à tout le monde, même aux Grenades qui vivent au monde des bisounours et des licornes]. Je l’ai donc acheté dans l’espoir d’aller mieux, d’avoir un « thé pour une nouvelle vie ».

HAVANA/HAVANITA

Deuxième du groupe, acheté en même temps que Fruits Noirs. Ce thé vert est celui de la liberté retrouvée, petit à petit. Frais, mentholé, vivifiant. Aussi bon chaud que glacé, il ne m’apporte pas du réconfort, mais de l’oxygène, un nouveau souffle et une envie d’ailleurs.

Les boites dans lesquels sont ces deux thés viennent d’un coffret Coffea que l’on m’avait offert à Noël 2014. C’était un joli coffret, dans une jolie boite. L’attention était très gentille. Ca me donne un sentiment de nostalgie.

the-boite

BALI

Ce thé vert est le dernier du trio. Litchi, Rose, Jasmin… Il m’a été offert par une connaissance qui pourrait j’en suis sûre devenir une vraie amie. La distance rend la chose compliquée, mais je l’apprécie vraiment. Son attention m’a énormément touchée. C’est devenu Son thé, celui du soutien, du réconfort social.

Il est dans une boite qui m’a également été offert. Car oui, les boites à thé ont aussi leur histoire [que veux-tu, quand on aime…]. C’était quand j’étais « jeune », que je commençais mes études et que je partageais mon logement avec d’autres personnes. Nous nous faisions des cadeaux à Noël, et j’avais reçu du thé dans cette jolie boite, alors que je lui en avais également offert un, avec une tablette de chocolat bio aux cramberries.

PRUNE VERTE

Les souvenirs olfactifs sont ceux qui perdurent le plus.

Le thé de l’innocence. Je me rappelle très bien de cette journée, où je me promenais dans le 6ème, une journée où il faisait beau. Par hasard, j’ai découvert la boutique Lupicia. Une très jolie boutique aux notes luxueuses bien décorée. Je me promenais dans les quelques rayons, sentant les échantillons disponibles, discutant avec un vendeur. Puis, je l’ai senti, Lui. Lorsque ses effluves sont entrées en contact avec mon nez, il m’est venu un souvenir que j’avais rangé très très très loin: celui des arbres fruitiers de mon grand père. Cette odeur, c’est pile le moment où l’on croque dans la prune, où l’on sent le craquant de la peau acide, et la richesse de la chaire parfumée, le jus sucré, la sensation du soleil d’été qui tape sur les joues de la petite Grenade de 5 ans. Oui, ça remonte jusque là. Ce thé, j’en suis tombée en amour à ce premier contact. Et depuis, j’aimerais pouvoir retourner à Paris juste pour l’acheter de nouveau dans cette jolie boutique. Heureusement, ils livrent via les commandes Internet.

ORZO CIOCCOLATA

Orzo: orge en italien.

C’est la chicorée de là-bas, si on veut. Le parfum de chocolat… délicieux. L’alliance d’un chocolat chaud sans les calories du lait, sans la théine. Il est donc parfait pour le 4heures. Le souvenir de ce thé le plus important est la galerie commerciale du Louvre, et la surprise de me le voir offrir. Comme ça, sans raison. C’était une journée de découverte, une période où ma vie avait un rythme intense. C’était un moment de détente après de boulot, une chouette journée d’automne.

PARIS/GINZA

Ce petit thé est un cadeau (encore: mon entourage sait qu’il vaut mieux m’offrir du thé qu’un bouquet). Un cadeau de quelqu’un qui ne l’aimait pas pour son côté sucré-caramel. Il y a des thés comme ça très « bonbon » que je n’apprécie pas non plus, mais celui là ne donne pas l’impression d’avoir une sucette de sucre dans la bouche. La raison? Les fruits rouges.

thés-sachets-mariage-frères

BOOST

Celui-ci fait partie des thés que je n’aime pas. Je pensais vraiment qu’il serait réconfortant et énergisant pour l’hiver, mais le gingembre m’a écoeuré. Ce thé, j’ai l’avais acheté pour le laissé chez une personne dont je me rappellerais toute ma vie, histoire d’avoir quelque chose à boire quand j’avais envie d’autre chose que du coca. Mais non, décidément non. Je ne l’aime pas.

HOUJICHA BIO

Du thé vert, grillé, bio. Celui-là tu peux être sûr que Lipton ne fait pas encore le même. Si le Genmaïcha est le thé d’été, celui-là est le thé des matins d’hiver. Tout simplement. Ce thé est le souvenir des matins sombres, aux réveils difficiles à la lumière artificielle jaune. C’est le thé du vent froid, humide de l’hiver quand on sort de chez soi, le nez caché sous une écharpe en laine.

Et si jamais tu veux savoir pourquoi le thé est bon pour la santé, je te conseille l’article de Ma Beauté Chimique

Publicités

9 réflexions sur “Mes thés, des boites et sachets à souvenirs

  1. J’aime beaucoup ton style d’écriture 😀

    Moi aussi je suis fan de thés ♥

    J’ai découvert mon amour pour eux quand j’étais en Erasmus, ma première fois en Europe, et que j’ai eu accès à ma première boutique de thés… je suis tombée amoureuse !

    Et depuis, j’essaie autant que possible d’éviter les thés en sachets (bouuuuuuh c’est mauvais !!).

    L’un des seuls inconvénients que je trouve à l’été, c’est la chaleur qu’il fait et qui rend impossible à consommer mes thés favoris. Oh, je peux bien sûr faire des versions froides, mais je n’apprécie pas trop…

    Rien de mieux qu’un bon thé bien emmitouflée et devant une série ou en train de dessiner quelque chose :3 J’en ai toute une collection : comme toi, des thés qui restent, qui traversent les années avec moi, je dois toujours en avoir avec moi, et qu’importent s’ils sont impossibles à acheter en ligne, je suis prête à retourner dans la ville où je les ai achetés spécialement pour en reprendre !
    Dans ce cas-ci, un thé vert à la violette trouvé à Toulouse. Il y a un an et demi, je ne savais pas quand j’y retournerais, du coup j’en ai acheté pour 500g.

    Mes préférés sont les thés vert et blanc. J’en ai acheté trois récemment chez le Palais des Thés et ils sont à mouriiiiiiiir.

    Je ne connais personne d’autre qui partage ma passion des thés (bon, à part la personne chez qui je me fournis en Espagne et une amie que nous avons en commun), j’espère un jour pouvoir trouver quelqu’un avec qui, comme toi, pouvoir s’échanger ou s’offrir des paquets ^^

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Le rituel du thé | Grenade Paquelin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s