Et si on essayais d’être heureux?

Les raisons du blog

C’est derniers temps, j’ai beaucoup beaucoup beaucoup réfléchi à l’avenir de ce blog. Est ce que j’avais toujours envie de le poursuivre? Est ce que j’avais toujours des idées? Et surtout, est ce que ça sert à quelque chose? Je veux dire, à toi, petit lecteur petite lectrice, est ce que ça te plait de venir sur ce blog en particulier? Est ce que tu t’y sens bien? Est ce que ça t’apporte autant que ça m’apporte? Et dans le fond : est ce que ça m’apporte toujours quelque chose? Par ce que oui, pour moi c’est important.

Et j’ai réfléchi. J’ai fait une liste que j’ai posé sur papier [par ce que le papier c’est la vie]. J’y ai noté les raisons de vivre de ce blog. Le pourquoi des début, les raisons de sa créations il y a un peu plus de 6 mois.

Et j’ai noté par la suite ce qui me plait au jour d’aujourd’hui à écrire, partager des choses avec toi, alors qu’on ne se connait pas. Et finalement, j’en suis arrivée à une conclusion.

Aujourd’hui, ce blog n’est plus un besoin, il est un plaisir. Un plaisir que j’ai découvert par vos messages positifs et encourageants. Et ça serait dommage d’arrêter ça. Arrêter les histoires du Dimanche. Arrêter les articles sur le quotidien, qui nous rapproche tous d’une certaine façon. Arrêter de vous montrer Monsieur 4 Pattes grandir… Arrêter les touches d’humour dans les sujets un peu sérieux. Arrêter? Non!

Aujourd’hui, j’ai envie d’être juste heureuse dans la vie, et sur ce blog. Ne plus me prendre la tête à me dire « zut, que vais-je écrire pour demain matin? ». Alors je te préviens, peut être que les publications seront moins régulières, mais j’espère qu’elles seront plus agréables encore pour toi comme pour moi. Les jours seront toujours respectés par rapport aux thématiques. Ca je n’ai pas pas envie d’y toucher car j’aime autant te parler de mes tests en cuisine que de la dernière musique qui m’a plu.

Le bonheur ça se provoque

Il y a des choses qui n’arrivent pas par hasard. Ce n’est pas en se levant un matin qu’on passe de dépressif à la personne la plus heureuse du monde. Pour ça, il faut faire un gros gros travail, se forcer même parfois. Par ce que oui, pour notre bien, il faut savoir se mettre un coup de pied au… tibia [tu verras que ça fait mal un coup de pied au tibia] Je dirais même qu’au début ça n’est pas agréable. On se dit que ça ne sert à rien, que c’est pas « bien » de faire ça… qu’on n’en a pas besoin aussi. Et il faut se forcer.

Si on prenait juste le temps de se dire « là maintenant tout va bien »? Qu’on a nous aussi le droit de profiter des bonnes choses. De se faire un chocolat chaud quand il fait froid (oui ne serait-ce que ça), ou apprécier de sortir de chez soi et de sentir le soleil taper d’au loin sur nos joues, de se dire « je suis bien »… Sans rire c’est le genre de phrase SU-PER importante au quotidien. Est ce qu’on est bien? Tu te poses cette question combien de fois par semaine? Par mois?

Il y a quelques soirs de cela, je me suis arrêté, j’ai regardé autour de moi, j’ai ouvert les yeux, si on peut dire ça comme ça, et je me suis rendue compte que j’étais Bien. Pour de vrai. Qu’il n’y avait pas grande chose qui me préoccupait et que ça faisait du bien d’arrêter de stresser pour demain ou le mois prochain. Alors j’ai noté. J’ai fait une coche dans mon agenda, pour me rappeler que ce jour là, tout allait bien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s