I don’t give a flower

de308011ffc60e33b41322d8b848eba0

 

Ayé. C’est fait.

Maddy sort. Le soleil brille encore et l’ébloui. Fronçant les sourcils en regardant le ciel, elle inspire un grand coup avant de se lancer d’un pas décidé dans la rue. Sourire. Elle part retrouver Sarah à leur bar habituel. Elle sait déjà ce qu’elle va prendre: un chocolat maison aromatisé à la noisette. Ce petit goût en plus fait toute la différence. Sans parler de la montagne de chantilly et des mikado posé dedans. Un régal. Elle et son ventre s’enthousiasment d’avance. Continuant son avancée vers le point de rendez-vous, elle regarde les vitrines. Vêtements. Maroquinerie. Boulangerie. Boutique high-tech. Re vêtements, mais plus sobres cette fois. Une sorte de boutique de gilets en laine qui coutent un bras plus une cheville. Enfin pour Maddy, le bras suffira pour aujourd’hui.

Elle arrive près du café. Attention avant de traverser la route… Une vieille 205 rouge la laisse passer. Elle remercie le conducteur d’un geste de la main avant de continuer son chemin sur encore quelques mètres. Regard périphérique pour trouver Sarah. Pas de Sarah. Elle doit encore être dans le métro, ou à fumer sa cigarette avant d’arriver. Elle sait que Maddy déteste la fumée.

S’asseyant à une table à l’ombre d’un énorme parasol, elle repense à ce qu’il s’est passé cette après midi. Tant d’années qu’elle attendait ça, qu’elle le voulait, qu’elle cogitait. C’est fait. Sourire de nouveau. Elle se sent « grande », adulte, responsable. Pourtant ses parents n’étaient pas spécialement d’accord, mais tant pis, elle est majeure depuis longtemps.

« Hey ma p’tite Mathilde ! Comment ça va ? »

Grosse tape dans l’épaule. Aïe. Rire.

« Beaucoup moins bien là.

– Alors ? Tu l’as fait ?

– Oui, dit-elle en se frottant le bras.

– C’était comment ? T’as eu mal ? »

Haaaaa, oui. Maddy est une grande. Et oui elle a eu mal. Mais le bonheur de passer à l’acte était tellement intense que ça n’a pas été si horrible. Elle a même regardé. Tout en lui expliquant la chose, elle remonte la manche de son gilet, laissant apparaitre sur son avant bras un ensemble de fleurs tatouées, le tout enveloppé dans du papier cellophane. Sarah n’est pas fane des fleurs, elle aurait plutôt fait un crâne d’animal, ou des formes géométriques. Mais elle sait à quel point ce motif floral plait à Mathilde. La fleur

« Et tes parents ils ont dit quoi?

– Ma mère le sait. Mon père je ne lui ai pas dit. »

Il le saura un jour, par hasard. De toute façon peu lui importe. Elle s’en fiche. I don’t give a… Maddy est adulte. Et étrangement, elle pense déjà à s’en faire un autre. Elle imagine une grande pièce qui partirait de celui déjà présent jusqu’à l’épaule. Mais elle n’est pas sûre de l’assumer toute sa vie. Un à la fois de toute façon. Pour le moment, elle va attendre que ça cicatrise, tout comme le souvenir qu’elle enferme dans cette encre. Juste pour ne jamais l’oublier. Ne jamais oublier que comme les fleurs fanent, le temps passe et qu’il faut le laisser s’en aller. Maddy repense une dernière fois à ses souvenirs en passant ses doigts délicatement sur le cellophane qui recouvre sa peau…

Le serveur arrive. Sourire de serveur. Echanges polis. Un chocolat noisette et une bière. S’il vous plais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s