Ce que la Fac de Rennes 2 m’a appris

Bonsoir tout le monde.

A l’instant, j’ai lu l’article de Mathy sur son expérience estudiantine aux Beaux Arts de Bordeaux ( et oui « estudiantine » est dans le Larousse ). Et j’ai eu envie de partager, comme elle, mon expérience sur mon cursus scolaire. Histoire d’en parler, peut être de donner un avis avant les inscriptions Post-Bac et pour prouver qu’il n’y a pas qu’aux Beaux Arts de Bordeaux q’il y a des soucis.

Commençons par l’avant-Fac. Jeune (normal), 18 ans (tout va bien), réussi son Bac ES opt. Arts Plastiques sans mention, tout juste 10,21. Pas de quoi fouetter un chat. A savoir qu’on m’a contraint à cette filière ES qui me désespérait tellement je n’aimais pas les Sciences Eco et était une quiche en Histoire. Moi, mon trip, c’était les arts plastiques, le dessin en particulier. C’est naturellement après avoir eu ce fameux diplôme inutile aujourd’hui, que je suis partie dans la Fac la plus proche de chez moi proposant le cursus Arts Plastiques: Rennes. En l’occurence Rennes 2 Villejean Université. Peut être que toi aussi tu connais cette fac réputée. Mais pas réputée pour les bonnes raisons. Ca c’est ma première année.

En Première Année, que l’on appelle « L1 » pour Licence 1, j’ai débarqué dans un campus iiiiiiiimmense, avec plein de bâtiments, des tableaux pleins de feuilles avec pleins de codes bizarres et des emplois du temps multiples pour chaque groupe, sous-groupe. De quoi s’y perdre. Et aucun « adulte » pour t’aider bien sûr. Quand tu te rends compte au bâtiment L que ton cours de langue est en même temps que ton cours d’histoire de l’art médiéval, on t’indique qu’il faut te rendre au secrétariat de ta formation. Gentiment tu y vas et tu te rends compte qu’il ouvre de 14h30 à 17h00, et qu’à 13h00 tu as déjà une file d’attente longue comme le bras. Tout ça pour te dire de t’arranger avec une personne d’un autre groupe de langue ou quelqu’un de ta promo pour te filer les cours. Super ! C’est quand tu retournes sur l’emploi du temps de tes cours de langue que tu vois tous les petits mots d’étudiants avec leur téléphone pour échanger de groupe. Bref ! Bienvenue à Rennes 2. Ca m’a apprit à être autonome (1).

img_3908

Concernant les cours de première année, c’est comme à peu près partout une année « générale » où tu vois dans sa globalité toute l’histoire des arts de la pré-histoire à aujourd’hui et différentes techniques artistiques dans des ateliers. Tu es dans un groupe d’étudiants avec qui tu passeras toute l’année ( hors ceux qui lâcheront au fil des mois ). En parlant d’étudiants, comme tu es dans une école publique, tu as de tout. Des Bobos-Branchouilles Végan qui se fringuent dans les fripes et qui parlent avec des mots à plus que trois syllabes pour faire genre avec un ton blasé. Des excités du bocal un chouille pervers qui squattent tous les ateliers de nu et qui se collent au modèle pour « sentir la matière de la peau ». Les timides à qui tu ne décrochera pas un mot de l’année. Les bosseurs qui sont toujours au premier rang. Et ceux qui sont étudiants juste le jeudi soir à la Rue de la Soif et que tu ne verras jamais sur le campus. Bien entendu, les catégories peuvent être multiples et sont non-exhaustives. Mais grosso merdo j’ai réussi à m’intégrer malgré mon manque d’enthousiasme pour la bière, la bheu et autres trucs chelou. J’étais du genre à vouloir bosser comme une folle, à bosser, dessiner, lire toutes la BU ( Bibliothèque Universitaire ).

Mais, et tu vas voir le drame. Cette année là il y a eu des grèves étudiantes. Pas moins de 6 mois de grèves où chaque semaine l’Assemblée Générale votait à main levée pour poursuivre la grève et le Blocus de l’Université. ce qui veut dire que les cours étaient annulés, les bâtiments inaccessibles sous peine d’être plus ou moins sévèrement bousculé. J’ai eu droit à un accrochage contre un mur par trois mecs qui gardaient les portes des ateliers où je voulais aller juste pour travailler toute seule dans un espace plus grand que ma chambre de 12m2. Et je ne te parle même pas de l’état dans lequel les squatteurs et SDF ont laissé la Fac.

img_3907

Ca m’a appris à rester chez moi.

Bien sûr les examens ( que l’on nomme partiels ) ont bien eu lieu quand même. Et avec ma chance, j’ai réussi à passer en L2 ( Licence 2, si tu suis bien ).Là, tu choisies tes ateliers et tes cours, en partie. J’avais choisi Bande Dessinée et Cinéma Concernant le rapport enseignant-élève, puisque je n’en ai pas encore parlé, c’est bien plus particulier qu’à l’école « normale ». Ici les profs ne te parlent que si tu t’intéresses au cours, si tu poses des questions, si tu leur montres ton travail. C’est à toi d’aller les voir. Avis au fond de la classe. Si tu ne vas pas le chercher, c’est tant pis pour ta pomme. Et souvent les profs ne te montrent pas comment faire. Ca j’avais oublié de te le dire, mais non tu ne vas pas à la Fac pour apprendre à dessiner. Pour ça tu paies les cours du soir aux Beaux Arts, ou tu vas à Pivaut ou une école de Design. Ca m’a appris à ne pas être timide et à recevoir des critiques.

En L3, j’ai fait Option Danse contemporaine, Et deux autres complètement inutiles et incompréhensibles ( Bricolage et Land Art ). Et tu te rends compte quand même qu’il y a des profs qui sont totalement perchés. Mais tellement qu’en dehors de leur truc tu peux faire n’importe quoi ça sera comme un pet de mouche ( inexistant ). D’ailleurs certains tu ne les comprends même pas quand ils parlent. D’ailleurs pour cultiver tes connaissances et te faire une place dans ce monde d’artistes tu vas à des vernissages, voir des expos, où tu rencontres des personnes complètement hype qui mettent des roues de vélo multicolores dans leur salon et qui donnent leur avis sur chaque « oeuvre » qu’ils voient. Ca m’a appris à devenir critique d’art.

img_6964

Avec ce beau diplôme de Licence en poche… quoi faire ? Et bien continuer vers un Master. Par ce qu’avec une Licence 3 si tu n’as pas envie de partir dans une autre formation ( Master Recherche ou une école spécialisée ), ça ne vaut pas plus que le papier qui traine dans le fond de ta poubelle. C’est donc pleine d’ambition et une tonne de livres lus que je me suis lancée en Master Recherches en Arts et Technologies Numériques. Quand nous avions vu avec les profs les présentations des formations, on m’avait promis que les professionnels viendraient me chercher. WOUAH ! Quel chance dans ce monde où l’emploi est si compliqué. C’est ainsi que je me suis lancée dans cette formation spécialisée dans le numérique, domaine ultra porteur ( en plus ). Normalement on choisi son Directeur de Recherches ( DR ) mais comme il faut un partage équitable, j’ai eu une désignation d’office avec le « pire » DR de la Fac. Je ne le nommerais pas par respect mais en gros mon sujet était à l’inverse de sa thèse, ce qui fait qu’au premier rendez-vous j’ai eu droit à un « Mais c’est pas un sujet de Mémoire votre truc ! C’est rien ! C’est nul ! ». Hashtag « Ravale ta fierté ». S’en est suivi 2 ans de recherches vagues sur un sujet qui ne m’a absolument pas passionné et dont j’ai moi-même oublié la moitié du sujet. En gros j’ai étudié les usages de Facebook par les particuliers et les professionnels ainsi que leur algorithme le plus récent à ce moment là. Ces deux ans je les ai passé sous cachets anti stress tellement j’avais la pression de « réussir » ce diplôme alors que rien ne me donnait envie de poursuivre. Ca m’a appris à être persévérante.

Deux ans de déprime plus tard, deuxième diplôme entre les mains et… absolument aucun professionnel ou recruteur n’est venu me chercher. Ca on s’en doutait. On n’est pas naïf à ce point… Enfin si peut être un peu, parfois. J’ai donc comme beaucoup pointé à Pôle Emploi. Et j’y suis toujours aujourd’hui… Heureusement j’ai pu faire du bénévolat pendant 3 ans ( mais par ce que j’ai personnellement fait les démarches pour ) et co-réalisé deux « oeuvres » exposés dans des festivals d’arts numériques. Ca m’a appris à être un peu artiste, mais beaucoup chômeuse.

Ces 5 ans d’études m’ont permis d’apprendre plein de choses. Principalement le fait que si tu ne demandes pas, tu n’obtiendras rien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s